Le mythe sur la Russie dans la culture française

La Russie faisait déjà l’objet d’une certaine attention dans la France médiévale. La Moscovie apparaît sur les pages des romans français comme le « bout » du monde promettant la puissance et les richesses incalculables. Le Siècle des Lumières (XVIII c.) représente la Russie en tant qu’une force dangereuse et un pays d’une grande importance pour l’Europe.  Au XIXe siècle, essentiellement influencée par le livre de A. de Custine « La Russie en 1839 » la Russie est perçue en France comme le « pays des façades» où la cruauté et les mœurs sauvages sont habilement dissimulées par la convivialité et la bienveillance. Une période particulière dans l’histoire du mythe Français sur la Russie se caractérise par la «mode» pour la spiritualité et la culture Russes aux XIXe et XXe siècles, la foi dans la révolution Russe et l’URSS et ainsi que les sentiments anti-soviétiques depuis les années 1930s.

Actuellement, le Français moyen garde, d’un côté, son intérêt pour le pays des imprévus et de la puissance interne et externe apparente et, de l’autre côté, un sentiment de danger potentiel. Il n’y a rien de moins commun entre le cadre culturel Français tellement ordonné et logiquement vérifié en détail et le monde de l’âme russe, qui aspire à une liberté illimitée.

?>